Les démineurs militaires de la BA 705

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les démineurs militaires de la BA 705

Message  Wearing of the Grey le Ven 8 Fév - 20:31

Indre-et-Loire - Armée
31/01/2013

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2013/01/31/Les-demineurs-en-font-sauter-de-toutes-les-epoques#

Les démineurs en font sauter de toutes les époques

Les démineurs militaires de la BA 705 sont souvent confrontés à des bombes lâchées par les alliés. Ils vont aussi à l’étranger.

A chaque corps de métier, sa petite collection.
Dans leur hangar de la base aérienne 705, les démineurs du groupe d'intervention Neutralisation Enlèvement Destruction d'explosifs-EOD ont amassé,
au gré de leurs missions, des dizaines de bombes, de tous les poids, de différents pays.
Avec quelques curiosités, comme ces bombes allemandes, en béton, possédant, en surface, de petits réservoirs remplis d'acide pour laisser de la fumée
s'échapper lors de l'impact afin de signaler des positions au sol. L'ancêtre du guidage laser.
Ce hangar un peu surréaliste abrite une unité de douze hommes appelés à intervenir sur des sites militaires, le plus souvent pour « dépolluer »,
dans cinq ou six départements limitrophes.



« Nous sommes confrontés à des bombes des alliés de la Deuxième Guerre mondiale. 10 % d'entre elles n'ont pas explosé ; or, les terrains militaires de la région
ont été souvent bombardés. En 2010, nous sommes restés six mois à Mont-de-Marsan (Landes).
« Quelques années plus tôt, nous avions trouvé deux bombes américaines de 125 kg sur la base aérienne de Tours, à l'emplacement actuel de la DRH
de l'armée de l'air. Nous les avons fait sauter », explique l'adjudant-chef Dognon, commandant du groupe d'intervention.

Le danger vient de la fusée

Pour localiser les bombes, le groupe dispose de tout le matériel propre aux travaux publics.
Au moindre écho, les militaires creusent soit avec une mini-pelle soit avec une pelleteuse, selon la profondeur :
« Quand une bombe a explosé, elle a creusé un cratère dans lequel des engins explosifs peuvent encore se trouver.
Et puis, à l'époque, ces trous servaient de poubelles pour tout enfuir avant de tout recouvrir. Il faut donc aller au contact. »
Pour cela, les démineurs utilisent aussi un robot téléguidé qu'ils dirigent, de près, protégés par leur combinaison.
Le type de munition sert à déterminer l'ampleur du périmètre de sécurité. Généralement, les plus gros engins atteignent 250 kg :
« Les bombes évoluent, mais le principe reste le même : une boîte en fer avec, à l'avant et à l'arrière, une fusée déclenchée de façon mécanique
puis maintenant électronique. Une onde de choc fait fonctionner l'explosif dans la bombe.
Le danger vient toujours de la manipulation de la fusée. »
Très régulièrement, les militaires du groupe quittent l'Hexagone pour intervenir en « opex », opérations extérieures.
De quoi étoffer un peu leur collection avec des fabrications des pays de l'Est, de Russie et bien d'autres.

Raphaël Chambriard

_________________
.
Se révolter contre la tyrannie, c'est obéir à Dieu.  (Thomas Jefferson)

Wearing of the Grey
Modérateur

Messages : 777
Date d'inscription : 09/01/2013
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum