Le guide Michelin « bleu horizon » pour les touristes de la mémoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le guide Michelin « bleu horizon » pour les touristes de la mémoire

Message  Wearing of the Grey le Mer 29 Mai - 19:20

source : http://www.lavoixdunord.fr/region/champs-de-bataille-flandres-artois-michelin-degaine-un-ia30b53934n1274882

Région > Béthune et ses environs > Bethune

Champs de bataille Flandres Artois :
Michelin dégaine un guide « bleu horizon » pour les touristes de la mémoire

25/05/2013 Par RUBEN MULLER

Branle-bas de combat dans l’édition. À un an du centenaire du déclenchement de la Grande Guerre,
Michelin publie un guide des champs de bataille de 14-18 en Flandres et en Artois.
Une réunion publique d’information était organisée jeudi (23 mai) soir à Laventie.


Le monument portugais de La Couture figure un soldat aux prises avec la Mort sous les yeux d'une allégorie de la patrie portugaise.

Il suffisait de se rendre à la salle des fêtes de Laventie jeudi soir pour se rendre compte que le sujet intéresse.
Quelque quatre-vingts personnes s’étaient déplacées pour la présentation du guide Michelin des champs de bataille Flandres-Artois organisée
par l’association L’Allœu terre de batailles 14-18.
Le tourisme de mémoire est en plein essor. En France, 155 lieux de mémoire ont accueilli 6,2 millions de visiteurs en 2010 – dont 45 % d’étrangers,
Britanniques, Allemands, Belges, Néerlandais et Étasuniens en tête –, générant un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros.
À l’approche des commémorations du centenaire du déclenchement de la Grande Guerre, les éditions Michelin surfent sur cette vague en se prévalant
de leur savoir-faire touristique mais aussi de leur légitimité historique. Le fameux Guide rouge des restaurants existe depuis le tout début du XXe siècle et dès 1917,
alors que les combats font encore rage, Michelin lance une première collection de vingt-neuf guides des champs de bataille.
Sous-titrés « un guide, un panorama, une histoire », ces ouvrages couvrent tout le front, de l’Ourcq à Ypres, et invitent à de véritables pèlerinages sur les lieux où
« les héros sont tombés pour que la France reste grande et libre ».

Circuits inédits

Moins lyrique, la nouvelle collection reprend l’organisation du Guide vert en trois parties – « Organiser son voyage », « Comprendre la Grande Guerre »
et « Découvrir les champs de bataille » – pour guider les touristes sur les chemins de la mémoire.
La description des sites s’enrichit de fac-similés (cartes, photos) de la collection « historique » et les bonnes adresses pour l’hébergement et la restauration sont bien sûr du voyage.
« On l’a lancée fin 2011 avec un tirage initial à 10 000 exemplaires.
Les deux premiers titres, sur Verdun et la Champagne, arrivent déjà en rupture de stock », se réjouit Amaury de Valroger, responsable éditorial.
Après l’Alsace-Moselle et avant la Somme et le Chemin des dames, le guide Flandres-Artois est en vente depuis fin mars.
Ce « Guide bleu horizon » – la couverture reprend la couleur de l’uniforme des Poilus – propose quinze circuits « inédits », dont un traverse les Weppes, le pays de l’Allœu
et le Bas-Pays (lire ci-dessous).
« Nous avons été chercher les compétences là où elles se trouvent, c’est-à-dire chez les acteurs locaux du tourisme » (offices de tourisme, associations),
explique Laurent Loiseau, auteur principal du guide. Les circuits se calent ainsi dans d’autres préexistants, comme les Chemins de mémoire du conseil régional.
Ils sont faisables en une journée de voiture. « La vocation de ce guide est de faire comprendre la manière dont s’agencent l’histoire et la géographie, précise l’auteur.
Les vestiges de la Grande Guerre ne sont pas spectaculaires à première vue mais dès qu’on entre dans les détails de l’histoire, les anecdotes, on découvre des choses extraordinaires. »
« Les Champs de bataille Flandres Artois. Ypres, Nord, Pas-de-Calais », éd. Michelin. 10,90 €.

Un circuit dans le Béthunois

On y découvre notamment le monument aux morts controversé de Laventie, dû au marbrier Maxime Real del Sarte. Fondateur des Camelots du roi, une ligue d’extrême-droite,
il tenait absolument à y faire figurer une croix.
Face à l’opposition suscitée par ce symbole religieux, il sculpta une croix de guerre derrière la femme de style Pietà qui tient dans ses bras un Poilu mort.
Parmi ses coups de cœur, Laurent Loiseau cite le monument dédié aux soldats portugais à La Couture, baroque à souhait avec son soldat qui se bat contre la Faucheuse
dans les ruines d’une église. « Les Indiens et les Portugais ont les monuments les plus hallucinants du front », s’enthousiasme-t-il.
Il a aussi un faible pour Béthune, « la grande oubliée, qui donne envie de visiter les villes de la reconstruction ».
Sa grand-place a en effet été presque entièrement détruite pendant le conflit. Seul le beffroi est resté debout.
Tout à sa passion, il n’en oublie pas de pointer les efforts qui restent à faire pour mettre en valeur ce patrimoine.
« C’est difficile de s’orienter. Il faut s’inspirer des Belges, qui éditent des cartes claires, pas très belles mais faciles d’utilisation, avec plusieurs niveaux de lecture.
Il faut également créer des circuits cohérents entre eux pour renforcer les liens entre les différents secteurs.
Enfin, il faut développer les balades à pied, créer des sentiers balisés qui permettent des découvertes plus poussées. »
Associations et professionnels du tourisme ne devraient pas chômer d’ici un an.

_________________
.
Se révolter contre la tyrannie, c'est obéir à Dieu.  (Thomas Jefferson)

Wearing of the Grey
Modérateur

Messages : 777
Date d'inscription : 09/01/2013
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum