Mieux connaitre Jacqueline de Romilly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mieux connaitre Jacqueline de Romilly

Message  Wearing of the Grey le Dim 16 Juin - 9:35

Jacqueline de Romilly

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacqueline_de_Romilly

Jacqueline de Romilly, ou Jacqueline Worms de Romilly, née David le 26 mars 1913 et morte le 18 décembre 2010, 

Jacqueline de Romilly a consacré toute sa vie à la sauvegarde de notre langue et de son enseignement.


video ==>  http://www.youtube.com/watch?v=s14_1wrcR2E
video ==>  http://www.youtube.com/watch?v=yVm0j_vzLpY

C'est une femme philologueécrivainprofesseur et helléniste française, qui reçut de la Grèce la nationalité hellénique en 1995, à titre honorifique.
Membre de l'Académie française, première femme professeur au Collège de France, elle est connue sur le plan international pour ses travaux 
sur la civilisation et la langue de la Grèce antique, en particulier à propos de Thucydide, objet de sa thèse de doctorat.


Biographie


Née à Chartres le 26 mars 1913, Jacqueline David est la fille de Maxime David, normalienprofesseur agrégé de philosophie
mort pour la France le 2 octobre 1914, et de Jeanne Malvoisin  (devenue écrivain après la Grande Guerre).


Après une enfance heureuse dans l'appartement de la rue des Bauches dans le XVIe arrondissement de Paris
elle fait de brillantes études secondaires au lycée Molière, où elle est lauréate du concours général de latin et deuxième prix en grec ancien en 1930
Après sa khâgne au lycée Louis-le-Grand, elle est admise à 20 ans à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm(promotion 1933).
Élève de l'helléniste Paul Mazon, elle est reçue à l'agrégation de lettres en 1936. Elle se marie en 1940 avec Michel Worms de Romilly, 

éditeur aux Belles Lettres, dont elle divorce en 1973. Du fait de l'origine juive de son père comme de son mari (descendant de Olry Worms de Romilly), 
elle se voit refuser le droit d'enseigner par le régime de Vichy en 1941. Elle obtient enfin son doctorat ès lettres en 1947.



Carrière universitaire


Après avoir enseigné de 1945 à 1949 en khâgne au lycée de jeunes filles de Versailles, Jacqueline de Romilly devient professeur de langue et littérature grecques 
classiques à l'université de Lille (1949-1957), puis à la Sorbonne de 1957 à1973. De 1973 à 1984, elle occupe la chaire de la Grèce antique au Collège de France
où elle est la première femme professeur. Elle y dispense un cours sur la Grèce et la formation de la pensée morale et politique.
En 1975, elle est élue à l'Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de l'helléniste Pierre Chantraine : elle est la première femme élue à cette académie, 
qu'elle préside en 1987. En 1989, elle devient la deuxième femme, après Marguerite Yourcenar, à entrer à l'Académie française : elle est élue au 7e fauteuil, occupé 
précédemment par André Roussin, le même jour que le commandant Cousteau
Elle reçoit Hector Bianciotti en 1997, puis est déléguée à la Séance publique annuelle des Cinq Académies en 1994 et en 2008
Elle devient doyenne d’âge de l’Académie française à la mort de Claude Lévi-Strauss en 2009.


Une ardente helléniste


Pour son inlassable défense et illustration des études grecques, elle est honorée de la nationalité grecque en 1995 et nommée par la Grèce « ambassadrice de l'hellénisme » en 2000.
Jacqueline de Romilly s'est signalée par son engagement en faveur de l'étude dans l'enseignement secondaire du grec ancien et du latin. 
Elle milite dans trois associations qui encouragent l'étude des humanités et le renouveau des valeurs civiques : en 1992, elle fonde l'association de Sauvegarde 
des enseignements littéraires (S.E.L.), dont elle reste ensuite présidente d'honneur. Dès 1999, elle participe à la création d'une association citoyenne,
l'Élan nouveau des citoyens, dont elle est vice-présidente de 2003 jusqu'à son décès. Elle y sera particulièrement à l'origine de deux actions : 
l'appel à témoignage, avec Nikos Aliagas, destiné à « inviter des jeunes de 13 à 15 ans à témoigner, par écrit, d’actes de solidarité réalisés par d’autres jeunes qu’ils connaissent » ; 
une campagne de levée de fonds (soutenue par l'Unesco) destinée à financer le reboisement des forêts grecques dévastées par les incendies de l'été 2007. 
Elle préside l'association Guillaume Budé, puis en devient présidente d'honneur.
Ayant reçu le baptême en 1940, Jacqueline de Romilly a achevé sa conversion au catholicisme en 2008, à quatre-vingt-quinze ans, assistée d'un prêtre maronite.


Elle meurt à 97 ans, à l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt, le 18 décembre 2010 et est inhumée au cimetière du Montparnasse
Jacqueline de Romilly disait d'elle-même ne pas avoir eu, « bien sûr », la vie qu'elle souhaitait :


« Avoir été juive sous l'Occupation, finir seule, presque aveugle, sans enfants et sans famille, est-ce vraiment sensationnel ?
Mais ma vie de professeur a été, d'un bout à l'autre, celle que je souhaitais. »


— Dans Une certaine idée de la Grèce, livre d'entretien avec Alexandre Grandazzi (p. 338 édition Livre de Poche)
Un collège de Magny-le-Hongre a reçu le nom de « collège Jacqueline-de-Romilly » en 2009
Depuis le 14 avril 2011, une place dans la ville de Chartres porte son nom.


Distinctions


  • Grand-croix de la Légion d'honneur (2007)

  • Grand-croix de l'ordre national du Mérite

  • Commandeur des Palmes académiques

  • Commandeur des Arts et Lettres

  • Commandeur des ordres grecs du Phénix et de l'Honneur



  • Élue à l'Académie française en 1988 (le 24 novembre) Le professeur Hoffmann lui succède en 2012.

  • Première femme professeur au Collège de France (chaire : La Grèce et la formation de la pensée morale et politique)

  • Première femme membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1975). Le professeur Pierre Gros lui succède en 2012.

  • Présidente de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1987

  • Membre de l'ordre autrichien Ehrenzeichen für Wissenschaft und Kunst

  • Nommée par la Grèce (dont elle reçoit la nationalité en 1995) ambassadrice de l'Hellénisme (2000)

  • Prix Ambatiélos de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1948)

  • Prix Croiset de l’Institut de France (1969)

  • Prix Langlois de l’Académie française (1974)

  • Grand prix de l’Académie française (1984)

  • Prix Onassis (Athènes1995)

  • Prix Daudet pour la défense de la langue française (2000)

  • Prix du Parlement hellénique (2008)



Affiliations hors France
Membre correspondant étranger de nombreuses académies : du Danemarkde Grande-Bretagnede Vienned’Athènesde Bavière
des Pays-Basde Naplesde Turinde Gênesdes États-Unis.


Distinctions universitaires
Docteur honoris causa des universités d’Oxfordd’Athènesde Dublinde Heidelbergde Montréal, et de Yale.

_________________
.
Se révolter contre la tyrannie, c'est obéir à Dieu.  (Thomas Jefferson)

Wearing of the Grey
Modérateur

Messages : 779
Date d'inscription : 09/01/2013
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum