Les nouveaux drones arrivent au Bourget

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les nouveaux drones arrivent au Bourget

Message  Wearing of the Grey le Sam 22 Juin - 14:20

Bonjour

source : http://www.liberation.fr


L'eBee de Sensefly. Envergure: 9,96 cm. Poids: 700 g. Autonomie: 45 min. Vitesse maximale: 57km/h. 
Ce minuscule aéronef est capable de faire de la reconstruction d’images en 3D. 
En juillet 2012, Parrot a racheté pour 3,5 millions d’euros la majorité du capital de la société 
suisse SenseFly, fabricante de l’eBee. (Photo Sensefly)


Le Copter 4 de Survey Copter. Envergure: 2 m. Poids: 30 kg. Autonomie: 1h30. Vitesse: 50 km/h. 
Cet hélicoptère miniature peut être, entre autres, employé pour la surveillance des lignes à haute 
tension en cas d’orage. Survey Copter (filiale d’EADS Cassidian) teste depuis un an en partenariat 
avec ERDF (gestionnaire des réseaux électriques de France). (Photo Survey Copter)




Le DT18 de Delair Tech. Envergure: 1,80 m. Longueur 1,2 m. Poids: 1,7 kg. Distance franchissable: 100 km. 
Vitesse moyenne : 50 km/h. Autonomie : 2h. 
Un poids plume conçu pour des missions de surveillance civile (zones de catastrophes, relevés de données, 
photographies aériennes...). Le DT18, conçu par une société toulousaine, a été remarqué parmi les Objets 
de la nouvelle France industrielle. (Photo Delair Tech)




Le Delta Y de Deltadrone. Envergure: 1,80 m. Vitesse: 50 km/h. Poids: 2 kg. Autonomie: 45 min. 
Delta Drone - absent du salon - s’est positionné sur le marché en plein essor de l'agriculture. 
Le Delta Y peut par exemple filmer et repérer, en mesurant la photosynthèse des plantes, 
les zones abîmées des céréales ou des vignes. (Photo Deltadrone)




Le Scancopter X4 de Fly-n-sense. Dimensions: 85x85x30 cm. Poids : 2 kg. Autonomie: 25 min. Vitesse: 50 km/h. 
Les pompiers du pôle risque d’Aix-en-Provence ont été les premiers à utiliser les drones de la start-up Fly-n-Sense
localisée à Mérignac pour observer en direct l’évolution du front de flamme lors d'incendies de forêt. (Photo Fly-n-sense)




L'AR100B de Air Robot. Diamètre: 1 m. Altitude maximale: 1000 m. Vitesse maximale: 50 km/h. 
La police de Mexico expérimente l'AR100-B pour surveiller les rues. 
En un an et demi, depuis le début du test, le taux de criminalité de cette ville de 22 millions d’habitants 
aurait baissé de 17%. (Photo Air Robot)




L'Albadrone de Swat. Envergure: 5 m. Autonomie: 10 h. Poids: 150 kg. 
L’Albadrone, machine à ailes bouclées entièrement automatique conçue par Swat France, fera ses premiers essais en vol 
en septembre 2013. (Photo Swat)




L'IT180 de Infotron. Diamètre: 1,80 m. Poids: 14 kg. Vitesse: 90 km/h. Altitude: 3000 m. Autonomie: 30 min. 
Infotron conçoit et fabrique des drones de type hélicoptère à décollage et atterrissage vertical. 
Le drone IT180 est propulsé soit par un moteur thermique (IT180-5 TH) soit par un moteur électrique (IT180-3 EL).
Le drone thermique a une autonomie d'une heure et demie. (Photo Infotron)

_________________
.
Se révolter contre la tyrannie, c'est obéir à Dieu.  (Thomas Jefferson)
avatar
Wearing of the Grey
Modérateur

Messages : 896
Date d'inscription : 09/01/2013
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les nouveaux drones arrivent au Bourget

Message  Wearing of the Grey le Sam 22 Juin - 14:43

Pour votre culture personnelle, article explicatif en français sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Drone


il semble que le premier drone soit britannique , année 1916; Son nom : "Aerial Target"
voir : http://flyingmachines.ru/Site2/Crafts/Craft29148.htm

drone signifiant "Faux Bourdon" en anglais




Aerial Target

  Conceived late in 1916, this was a radio-controlled, pilotless aeroplane intended both for defence against Zeppelins 
and as a flying bomb. In the former role it was planned that it would be controlled from the ground, but in the latter role control 
from an accompanying manned aeroplane was also considered. To disguise its intended purpose it was always referred to as the Aerial Target.
  Its wireless apparatus was designed by Capt Archibald M Low of the RFC's wireless unit at Feltham, whose idea it was. 
His attempt to build the aeroplane himself, largely from spare parts, had met with no success, and the assistance of the Royal Aircraft Factory 
had therefore been requested. The project was undertaken by Henry Folland, although much of the detail work was drawn by his assistant, H E Preston. 
The Farnborough design was a small shoulder-wing monoplane powered by a two-cylinder ABC Gnat of 35hp, with numerous radio aerials running vertically 
down the fuselage sides and chordwise across the wings. In the interests of simplicity, lateral control was by wing warping, and generous dihedral ensured lateral stability.
  Six examples, A8957-A8962, were constructed, the first being delivered to RFC Northolt, where the trials were to take place, on 5 June 1917. 
The intention was that the machine should be trimmed to take off and climb away to a reasonable height before radio control was attempted. 
Extensive windtunnel tests on models had indicated what the necessary tailplane incidence should be, but the first flight, on 6 July, consisted 
of an almost vertical climb away from the launching rail, followed by the inevitable stall and consequent crash, before the radio control system could take effect.
 It was clear that the still imperfectly understood aerodynamic differences between scale models and full-sized aeroplanes had resulted in insufficient tailplane incidence.
  A second example was tested on 25 July but failed to take off, merely running along the ground until its undercarriage finally collapsed, 
the tailplane adjustment having been somewhat overcorrected. A third attempt, with the tailplane finally set at the correct angle, was made three days later, 
but unfortunately resulted in yet another crash when the engine failed just after take-off. Although damage was confined to a broken propeller and some easily 
repaired undercarriage components, official interest in the project appears to have diminished and no further trials are recorded as having taken place, 
although the project was resurrected briefly in the early 1920s.
  One example was later converted to a manned aeroplane by No 3 (Western) Aircraft Depot at Bristol, and was fitted with a wheeled undercarriage and ailerons. 
As a rebuilt aircraft it was allotted a serial number from a batch allocated for that purpose. 
It received the number B8962, with numerals similar to those of its original, uncertain identity, and this has caused much ill-founded conjecture among latter-day historians.
  By 1934 it had been disposed of, and was owned by Mr Ron Shelley of Billericay, but it was broken up without appearing on the civil register.

Dimensions:
  span 22ft 0in; length 20ft 4in; height 5ft 10 1/2in;
  chord 5ft 2in; incidence 6°; dihedral 5°.
  Weight 500lb.

_________________
.
Se révolter contre la tyrannie, c'est obéir à Dieu.  (Thomas Jefferson)
avatar
Wearing of the Grey
Modérateur

Messages : 896
Date d'inscription : 09/01/2013
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les nouveaux drones arrivent au Bourget

Message  Wearing of the Grey le Sam 22 Juin - 14:46

source : http://www.courrierinternational.com/article/2013/01/03/un-ancien-pilote-americain-raconte

DRONES  Un ancien "pilote" américain raconte
Brandon Bryant était pilote de drone au sein d’une unité spéciale de l’armée de l’air américaine. 
Depuis l’Etat du Nouveau-Mexique, il a tué des dizaines de personnes. Jusqu’au jour où il a déclaré forfait.





Un drone MQ-1 Predator lors d'une sortie d'entraînement sur la base de Creech, dans le Nevada - US Air Force/Brian Ferguson




Pendant plus de cinq ans, Brandon Bryant a travaillé dans un container allongé de la taille d’une caravane, 
sans fenêtres, à température constante de 17 °C, et dont la porte était condamnée par mesure de sécurité. 
Devant les yeux de Brandon et de ses collègues scintillaient quatorze écrans. Sous leurs doigts, quatre claviers. 
Il suffisait que Brandon presse un bouton au Nouveau-Mexique pour qu’un homme meure à l’autre bout de la planète. 

A l’intérieur du container, des ordinateurs ronronnent. C’est le cerveau d’un drone. Dans l’US Air Force, on appelle cette pièce un “cockpit”.

A cette différence près que les pilotes du container ne volent pas – ils se contentent de piloter. 

Brandon était l’un d’entre eux. Il se souvient très précisément des huit que décrivait le Predator dans le ciel afghan, à plus de 10 000 kilomètres 

de l’endroit où il se trouvait. Dans le réticule du drone, une maison aplatie en terre, avec une étable pour les chèvres, se rappelle-t-il. 
Lorsque l’ordre de faire feu tombe, Brandon presse un bouton de la main gauche, “marque” le toit au laser, et le pilote assis à côté de lui 
déclenche le tir à l’aide d’un joystick. Le drone lance un missile de type Hellfire. Il reste alors seize secondes avant l’impact. 
“Les secondes s’écoulent au ralenti”, se souvient Brandon aujourd’hui. 
Enregistrées au moyen d’une caméra infrarouge orientée vers le sol, les images sont transmises par satellite et apparaissent sur 
son moniteur avec un décalage de deux à cinq secondes.

Plus que sept secondes, pas l’ombre d’un humain. A cet instant, Brandon aurait encore pu détourner le missile roquette. 

Trois secondes. Brandon scrute le moindre pixel sur l’écran. Soudain, un enfant qui court à l’angle de la maison. 
Au moment de l’impact, le monde virtuel de Brandon et le monde réel d’un village situé entre Baghlan et Mazar-e Charif se télescopent. 

Brandon voit une lueur sur l’écran – l’explosion. Des pans du bâtiment s’écroulent. L’enfant a disparu. Brandon a l’estomac noué. 

“On vient de tuer le gamin ?” demande-t-il à son collègue assis à côté. 
“Je crois que c’était un gamin”, lui répond le pilote. 
“C’était un gamin ?” continuent-ils de s’interroger dans la fenêtre de messagerie instantanée qui s’affiche sur leur écran. 
C’est alors que quelqu’un qu’ils ne connaissent pas intervient, quelqu’un qui se trouve quelque part dans un poste de commandement 

de l’armée et qui a suivi leur attaque : “Non, c’était un chien.” 

Ils se repassent l’enregistrement une nouvelle fois. Un chien sur deux jambes ? Lorsque Brandon Bryant sort de son container ce jour-là, 

le cœur de l’Amérique profonde s’étale devant lui : l’herbe drue de la steppe à perte de vue, des champs, l’odeur du lisier. 
A intervalles de quelques secondes, la tour de radar de la base de Cannon [au Nouveau-Mexique] de l’US Air Force projette un éclair dans le crépuscule. 
Une guerre est en cours. 

La guerre moderne est invisible, la distance lui ôte de sa gravité. C’est une guerre larvée, contrôlée, téléguidée depuis de petites unités high-tech 

disséminées en différents points du globe. La guerre nouvelle se veut plus précise que l’ancienne. Pour cela, beaucoup la disent “plus humaine”. 
C’est la guerre d’un intellectuel : plus qu’aucun autre avant lui, Barack Obama l’a encouragée. 







Deux pilotes aux commandes d’un drone Predator en Irak, à la Balad Air Base, en août 2007. US Air Force/CC

_________________
.
Se révolter contre la tyrannie, c'est obéir à Dieu.  (Thomas Jefferson)
avatar
Wearing of the Grey
Modérateur

Messages : 896
Date d'inscription : 09/01/2013
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les nouveaux drones arrivent au Bourget

Message  adj_rohan le Sam 22 Juin - 16:04

Une future application ?


_________________
« Faciliter l’accès de tous aux oeuvres, aux savoirs, d’hier et d’aujourd’hui, telle est la première ambition des grands projets. »
François Mitterrand, président de la République française
avatar
adj_rohan

Messages : 77
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 50
Localisation : Cergy

https://www.facebook.com/HMCEL/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum