Le célèbre Aviateur civil et militaire Lucien DENEAU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le célèbre Aviateur civil et militaire Lucien DENEAU

Message  Wearing of the Grey le Dim 23 Mar - 13:13

Il est né à MAINVILLIER (28) le 14 avril 1886 et décédé à CHARTRES (28) le 2 mars 1971.

C’était un pilote casse-cou des débuts de l’aviation, vous pouvez le voir
sur une carte postale, où il pose fièrement appuyé sur l’hélice de son BLERIOT.

Les exploits à son actif :
C’est le seul qui a atterri aux 14ème & 24ème d’artillerie de TARBES les
8 et 16 janvier 1912. Contrairement à ce qui est écrit sur cette carte, il finit sa
course à 1 mètre du fronton de cette caserne.

Puis il a volé à TARBES à 22h le 21 février 1912 et le 18 juin 1912, il atterrit en pleine ville.

Le 1er août 1912, il passe sous le pont transbordeur de Rochefort, puis le 11 août 1912,
il survole la plage de Châtelaillon avant de s’y poser.



Le seul qui a atterri aux 14e et 24e d'artillerie, à Tarbes, les 8 et 16 Janvier 1911,
puis volé à 10 heures du soir sur la ville de Tarbes, le 21 février 1912, et atterri en pleine ville de Pau,
le 18 juin 1912.


Nous avons plus de détails sur la démonstration du mardi 16, dont AM fait un compte rendu très vivant :
" À 3 heures l'aviateur Deneau est venu atterrir dans la cour du quartier ;
c'est un exploit ; il s'est arrêté à un mètre du mur de la pelote basque.
Il y avait foule aux grilles et dans le quartier. Son arrivée a été des plus impressionnantes :
à une vitesse énorme, il est venu passer entre les bâtiments Écuries du 10ème Hussard distants de 20 mètres
alors que son appareil a 9 mètres d'envergure ! puis il a volé au ras-de-terre jusqu'au milieu de la cour,
mais sa vitesse trop grande l'emportait sur le mur de la pelote basque,
il a alors quitté son siège et s'est jeté en arrière pour augmenter l'adhérence de la béquille et est venu s'arrêter à 1 mètre du mur,
aux applaudissements de tous.
Je suis allé le féliciter, puis une nuée de photographes nous ont pris autour de l'appareil, Madame Deneau entre lui et moi."  
(source : loucrup65)


























Année 1914 :
L’escadrille de Guynemer, escadrille-mère des Cigognes, débute son histoire par un fait non moins singulier.
Le 3 août 1914, dans cette pépinière d'As, l’un de ses pilotes réservistes, nommé Deneau, devait se rendre à Dijon par la voie de l’air.

Il s’égare et atterrit à quelques centaines de mètres à l’est d’une autre ville, près de la gare.
- Où suis-je ? demande-t-il à un passant.
- A Mulhouse, répond le quidam qui s’enfuit, en appelant en allemand des ouvriers du voisinage.

Deneau reprend précipitamment son vol et se fait « sonner » sur les bois à l’ouest d’Altkirch et sur la frontière
par des feux d’infanterie et trois coups de canon.
Il arrive enfin à 10 heures 30 à Belfort, avec une balle dans l’aile gauche.

Le 4 août, l’Allemagne déclarait la guerre à la France.
Deneau en fut, certes, le moins surpris.
Il savait ce qui attendait désormais nos cigognes au-dessus de l’Alsace.

(source : blog aufildesmotsetdelhistoire)





Dédicace de Lucien Deneau :

_________________
.
Se révolter contre la tyrannie, c'est obéir à Dieu.  (Thomas Jefferson)

Wearing of the Grey
Modérateur

Messages : 777
Date d'inscription : 09/01/2013
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum