Memorial de Verdun : Entretien avec Henry Belot, responsable du service de déminage de Lorraine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Memorial de Verdun : Entretien avec Henry Belot, responsable du service de déminage de Lorraine

Message  Wearing of the Grey le Lun 15 Fév - 19:07

Source : http://www.bibliomines.org/fileadmin/tx_bibliodocs/zone_rouge_belot.pdf



Entretien avec Henry Belot, responsable du service de déminage régional de Lorraine.


Quelle définition donneriez-vous de la zone rouge ?

Henry Belot. - La « zone rouge » est plus une légende qu'une réalité. A l'issue de
la Première Guerre Mondiale, certains terrains étaient tellement dégradés et
pollués par les tirs et les munitions non explosées qu'il fut décidé de ne pas les
rétablir dans leur destination antérieure. Plusieurs villages anéantis par la bataille
de Verdun ne purent être reconstruits, et les anciens habitants furent amenés à
s'installer ailleurs. L'Etat devint propriétaire de vastes terrains déclassés qu'il
convertit la plupart du temps en zones boisées, en utilisant en certain cas des
pins noirs fournis par l'Autriche au titre des réparations.
Les grandes forêts de Verdun se développèrent ainsi sur d'anciennes terres
agricoles ravagées par la guerre, et qui étaient fort peu boisées avant les
hostilités. Dans le cas particulier de Verdun, il faut également considérer que la
présence de nombreux forts impliquait avant 1914 de larges périmètres
totalement dégagés.
L'imagination populaire a transformé ces zones déclassées en territoires à
risques particulièrement élevés. Si en fait les forêts de Verdun fournissent
actuellement aux démineurs beaucoup plus d'engins de guerre que les champs
labourés qui les bordent, c'est avant tout parce qu'un agriculteur retourne ses
terres chaque année alors que la fréquence de l'exploitation forestière se compte
en décennies et que les seules terres ouvrées par l'Office National Forestier
concernent quelques nouvelles plantations et l'aménagement des voies
forestières. La grande majorité des sols des forêts issues de la Grande Guerre
n'a pas bougé depuis le jour de l'Armistice, comme le montrent les nombreux
cratères et vestiges de tranchée. Les engins de guerre alors enfouis le sont
restés, alors que ceux mis au jour par les labours ont été éliminés depuis
longtemps.
Disons tout de suite que la dépollution absolue des forêts de Verdun par détection
électromagnétique est une quasi-impossibilité, du fait de la forte proportion
d'éclats, de barbelés et autres ferrailles présentes dans le sol. Par ailleurs
nombre d'engins sont enfouis sous le rayon d'action des détecteurs de surface.
Pour dépolluer la zone des combats, il faudrait éliminer la forêt sur des dizaines
de milliers d'hectares, décaper le sol sur une profondeur d'au moins un mètre,
trier les terres extraites, et procéder à la détection électromagnétique des sols
vierges ainsi mis au jour : ce serait une nouvelle catastrophe pour
l'environnement, et aussi pour les finances de l'Etat.
Par ailleurs aucune détection électromagnétique ne permet d'éliminer 100% des
objets métalliques enfouis. La position et l'orientation de certains engins les fait
échapper à la recherche : voici quelques années une bombe a explosé à grande
profondeur sous un engin de forage à Stuttgart, alors même que le terrain avait été
soigneusement détecté, avec assistance informatique. Un repérage portant
réellement sur plus de 80% des objets magnétiques présents à moins de 50 cm
de profondeur serait déjà un très beau résultat. Il resterait ensuite à creuser pour
déterminer la cause de chaque point de perturbation, fréquemment plusieurs
points au mètre carré.
Possède-t-on des données chiffrées et avérées quant au nombre d'obus :
- tirés durant les dix mois de combat ?
- encore présents aujourd'hui ?


A combien s'élève le nombre d'obus ramassés chaque année par vos services ?

Henry Belot. - J'ignore totalement le nombre d'obus tirés au cours des dix mois de
combat sur Verdun. Ce chiffre ne présenterait d'ailleurs aucun intérêt pour
l'estimation du problème futur. Il faut bien comprendre qu'un obus n'est par
définition qu'un projectile creux, comportant un chargement actif, et tiré par une
bouche à feu lisse ou rayée relevant de l'artillerie.
Ont été employés sur Verdun des obus des calibres les plus divers qui vont du 20
mm (0,137 kg) au 420 mm (800 à 930 kg). Et dans ces projectiles, il faudrait en
plus considérer la très grande variété des chargements : explosifs (tolite, acide
picrique, tétryl, amatol, hexanitrodiphénylamine, sans oublier la bonne vieille
poudre noire), incendiaires et fumigènes (phosphore, acide chlorosulfonique,
trioxyde de soufre, hexachloréthane-zinc, sulfure de carbone, …), toxiques de
combat (phosgène, chloropicrine, acide cyanhydrique, chloroformiate d'éthyle
trichloré, plus de vingt toxiques lacrymogènes halogénés divers, …- L'ypérite et
les arsines ne sont apparues chez les Allemands qu'à l'été 1917 et les Français
n'ont pas pu charger d'obus à l'ypérite avant le Printemps 1918).
La part de chargement des projectiles (le « rendement ») est également variable
selon les modèles, les nationalités, les calibres, allant de 1% à 40 % pour les
obus d'artillerie. Un décompte des obus tirés ne présenterait donc aucune
signification.
D'un autre côté, il ne faut pas perdre de vue qu'à chaque déplacement du front ce
qui était zone des combats devenait zone de l'arrière, et que la guerre y changeait
d'apparence, mais ne cessait pas pour autant, avec pour conséquences une
pollution différente. Des dépôts importants sont ainsi régulièrement découverts
hors des zones de combat proprement dites, notamment sur les arrières des
lignes allemandes.
Quand bien même des recherches auprès de services d'archives en France et en
Allemagne permettraient de citer un tonnage approximatif du ravitaillement de la
bataille, ces données n'auraient qu'un intérêt anecdotique sur le plan de
l'estimation de la pollution des sols, car faussées dès le départ compte tenu du
poids des accessoires de transport, des charges propulsives, des douilles, etc.
Quand on me demande combien d'obus ont été tirés, je réponds toujours :
beaucoup trop.
Il faudrait par ailleurs tenir compte des grandes inconnues que sont les quantités
retrouvées sur le terrain après la guerre, les munitions non tirées et plus ou
moins correctement récupérées ou détruites en fourneaux, celles qui ont été
simplement enfouies ou jetées dans de grands trous d'eau (souvent des
toxiques), celles qui ont été éliminées entre les deux guerres mondiales et sous
l'occupation allemande, les travaux de déminage menés à partir de 1945 au profit
du ministère de la reconstruction puis des services de la protection civile...
Aujourd'hui encore le Service du Déminage ne tient de statistiques des munitions
récupérées qu'au niveau du Centre de sécurité du Déminage localement
compétent, et du département depuis quelques années, essentiellement en vue
d'ajuster les moyens aux besoins réels.
Pour le Département de la Meuse :
- En 2001, il a été répondu à 279 demandes d'intervention, qui ont permis
l'élimination de 2574 engins de moins de 70 kilos et de 53 engins de plus de 70
kilos, ainsi que de 1905 kilos de munitions en vrac (cartouches, explosifs,
déchets actifs, etc.) soit un poids total de 35016 kilos.
- En 2002, il a été répondu à 255 demandes d'intervention, qui ont permis
l'élimination de 2410 engins de moins de 70 kilos et de 12 engins de plus de 70
kilos, soit un poids total de 28475 kilos.
- Au cours des onze premiers mois de 2003, il a été répondu à 346 demandes
d'intervention, qui ont permis l'élimination de 3950 engins de moins de 70 kilos et
de 47 engins de plus de 70 kilos, ainsi que de 1575 kilos de munitions en vrac
soit un poids total de 45579 kilos.
De ces tonnages comportant des engins des deux guerres mondiales, la part
imputable à la bataille de Verdun varie actuellement entre les deux tiers et les
trois quarts. Le nombre de demandes ne signifie pas grand chose : une
demande d'intervention peut concerner un engin de quelques dizaines de
grammes ou la collecte de plusieurs tonnes de munitions.
Voici vingt ans nos tonnages annuels étaient nettement plus importants. La
diminution vient d'une part de l'enlèvement des matériels signalés, mais surtout
de la fin des retombées des opérations de remembrement, qui avaient mis au
jour nombre d'engins jetés dans les fossés, les haies, etc. par des personnes
qui ne voulaient pas se donner la peine d'appeler les démineurs – sans oublier le
fait qu'il n'y avait pas de service spécifique entre les deux guerres mondiales. La
majorité des engins récupérés en forêt aujourd'hui se trouve loin des chemins,
dans les endroits les plus reculés et inaccessibles. La collecte d'une tonne de
munitions de la Première Guerre Mondiale est aujourd'hui bien plus éprouvante
pour les personnels que celle de cinq tonnes il y a vingt ans.


Existe-t-il d'autres types de munitions ?

Henry Belot. - On parle toujours d'obus. La Première Guerre Mondiale a toutefois
vu l'emploi de bien d'autres types de munitions, dont certaines connurent une
application plus intense entre 1939 et 1945.
En 1914, les grenades à main étaient considérées comme une munition
dépassée, car elles avaient fort peu servi en 1870, et ne subsistaient que dans la
Marine ou les fortifications. Dans une guerre que tous prévoyaient dominée par le
mouvement, ces grenades sphériques en fonte garnies de poudre noire et
lancées à vingt mètres dans le meilleur des cas n'avaient guère leur place.
Lorsque le front se figea dans les tranchées, l'importance de la grenade à main
dans le combat quasi-corps à corps fut démontrée. Il fallut alors faire appel aux
vieux matériels existants, peu adaptés aux nouvelles conditions d'emploi, et
surtout en réaliser de nouveaux et en grandes quantités sans pour autant nuire à
l'effort de la guerre dans des secteurs plus conséquents.
Dans un domaine qui restait entièrement à découvrir, les tâtonnements suivis
d'applications sur le terrain amenèrent une très grande diversité de principes et
de modèles, souvent éphémères : une quarantaine chez les Français, une
trentaine chez les Allemands, et à peu près autant chez les Britanniques. De tous
ces types d'engins à main seuls quelques-uns uns étaient encore en fabrication
au jour de l'Armistice.
Les grenades à fusil par contre semblaient aux Allemands d'un emploi plus
prometteur, car ils avaient assez bien assimilé les enseignements de la guerre
russo-japonaise et du siège de Port-Arthur. Ils disposaient donc de quelques
grenades à fusil (à tige) modèle 1913, peu efficaces sur un sol meuble et bientôt
remplacées par un modèle 1914 plus sensible. Quant aux Français et aux
Britanniques, ils durent innover sous la pression des circonstances qu'ils
n'avaient pas voulu envisager, et ne commencèrent à disposer de grenades à
fusil qu'au cours de l'année 1915.
La proximité des tranchées adverses amena également d'autres productions
plus ou moins empiriques, comme les catapultes, les lance-grenades
spécialisés et les mortiers de tranchée. Nous pourrions classer tous ces engins
dans la catégorie des matériels de tranchée, en sachant toutefois que certains
étaient primitifs, parfois artisanaux, et que d'autres représentaient de réelles
bouches à feu d'une artillerie spécialisée, dont la reprise de la guerre de
mouvement amena le déclin au cours de l'année 1918.
Dans ce domaine également l'Allemagne avait pris une petite avance
technologique tandis que les alliés durent totalement improviser.
On constatera donc une grande diversité de modèles chez les Français, avec une
forte proportion de ratages et de productions de fortune, tandis que les matériels
allemands pouvaient se classer en artillerie de tranchée et en matériels d'appoint
moins performants, réalisés le plus souvent au cours de 1915 en attendant que
l'artillerie de tranchée proprement dite, Minenwerfer légers, moyens et lourds, ait
été construite par l'industrie en nombre suffisant et dans des versions qui
s'amélioraient à mesure de l'expérience du feu.
Les projectiles de tranchée représentent une part importante des munitions que
les Démineurs éliminent dans les zones de combat de Verdun, souvent avec un
risque bien supérieur à celui des projectiles de l'artillerie classique. Ils sont
également en cause dans bon nombre d'accidents survenus à des imprudents.
La mine exista fort peu. Je n'en connais qu'un modèle élaboré à l'échelon
industriel. Il s'agissait d'un engin allemand dispersant des balles mais déclenché
électriquement à distance par un observateur, et donc fort éloigné du concept
d'engin posé et abandonné sans contrôle tel qu'on le vit généralisé au cours de la
seconde guerre mondiale.
Le piégeage de munitions fut par contre innové, et les Allemands construisirent
des artifices de déclenchement à pression ou à traction qui s'adaptaient sur des
projectiles d'artillerie ou de tranchée et les faisaient exploser au passage d'un
homme ou d'un véhicule. Ils mirent également au point des fusées à long retard
chimique dont ils garnissaient des engins abandonnés lors de replis.
Rassurez-vous : les Français en ont inventé également !
La bombe d'avion vit réellement le jour pour croître en efficacité et en importance
au fil des années de guerre.
En 1914 l'aéroplane était surtout considéré comme un moyen de reconnaissance
et d'observation, un peu comme une cavalerie légère qui verrait les choses de
haut. Le réglage des tirs d'artillerie et la photographie aérienne étaient également
au programme.
Quelques largages d'engins plus ou moins explosifs avaient bien eu lieu,
notamment en 1910 par les Italiens opérant en Libye et aussi au cours de la
guerre civile du Mexique, mais les faibles capacités d'emport des avions et les
principes mêmes des bombes rendaient ces opérations plus anecdotiques
qu'efficaces.
On comptait par contre sur des pluies de fléchettes larguées en grand nombre
sur des unités de cavalerie, et capables de traverser le cavalier e
Seul le dirigeable pouvait réellement bombarder, avec par ailleurs une autonomie
et une fiabilité supérieures à celles de l'avion tant que tout se passait bien.
Les capacités des avions s'améliorèrent toutefois rapidement et les qualités des
projectiles air-sol également. Les belligérants usèrent essentiellement de
bombes explosives, mais aussi de bombes incendiaires et de bombes
éclairantes.
En 1916, les bombes instables et ventrues de la firme rhénane Carbonit, conçues
en 1914 par l'Allemagne pour une commande mexicaine, cédèrent enfin la place
aux bombes P. u. W. à l'aérodynamisme exemplaire, stabilisées et armées par
auto-rotation et qui furent produites en versions de 12 kilos et 50 kilos, puis de
100 kilos, 300 kilos et finalement d'une tonne en 1918.
Les Britanniques développèrent toute une gamme de bombes à haut rendement
explosif et paroi mince ou à paroi épaisse et effets anti-personnels accrus. Des
bombes britanniques furent larguées sur la Lorraine.
Quant aux Français, ils débutèrent dans la voie de l'obus d'artillerie modifié pour
être largué, poursuivirent avec des bombes plus ou moins bien conçues par la
firme Michelin, et finirent par rejoindre les autres belligérants en réalisant des
séries de bombes spécifiques bien dessinées mais peu adaptées à la
production de masse et aux contraintes du service en campagne, - non sans
passer par l'intermède de « bombes binaires » dont les deux chargements
liquides étaient censés se mélanger au cours de la chute : l'engin explosait plus
ou moins bien à l'impact selon la qualité du mélange, mais surtout intoxiquait
gravement l'équipage lorsque la bombe restait accrochée et que le mélange était
en cours.
Quant aux Américains, ils arrivèrent après la bataille de Verdun, et le corps
expéditionnaire refusa systématiquement les bombes fabriquées outreAtlantique,
préférant continuer à se ravitailler chez les Français.
Le champ de bataille de Verdun recèle essentiellement des bombes allemandes
P. u. W. de 12 kilos, quelques vieilles bombes Carbonit du même ordre de poids,
et quelques bombes françaises réalisées à partir d'obus modifiés. La plupart
sont découvertes sur les arrières des tranchées de mêlée : l'imprécision des
largages ne permettait guère de bombarder les premières lignes où amis et
ennemis étaient au contact.
Outre les munitions explosives, la Première Guerre Mondiale vit le développement
d'engins à chargements toxiques, incendiaires et fumigènes.
Les fumées devaient permettre de masquer les mouvements de troupe ou les
travaux en cours, éventuellement d'aveugler l'adversaire. Tous les belligérants
firent donc appel à des projectiles fumigènes mais aussi à des générateurs de
fumée statiques, bien plus efficaces pour masquer de vastes zones.. Les agents
fumigènes étaient principalement du phosphore chez les Britanniques, les
Américains et les Français, et à base de trioxyde de soufre, d'acide
chlorosulfonique et autres liquides corrosifs et volatils chez les Allemands,
ultérieurement copiés par les Français.
Les agents incendiaires présentaient un intérêt certain dans la lutte contre les
aéronefs. Leur emploi contre des objectifs terrestres était plus restreint. Issue de
la technique du siège l'arme incendiaire devait à la fois permettre de ruiner les
approvisionnements des assiégés et inciter les populations lésées dans leurs
biens à exiger la reddition. Ce cas de figure ne correspondait pas à la réalité des
tranchées. Tous les belligérants réalisèrent toutefois des grenades incendiaires.
Les Allemands disposaient également de bombes incendiaires larguées par
avions sur les arrières, de projectiles incendiaires pour Minenwerfer moyens, à la
thermite et au sodium en 1914, à l'anthracène en 1918, et d'obus incendiaires
contre les avions mais aussi contre les objectifs terrestres, notamment des obus
renfermant des cylindres de celluloïd initiés par une mince couche de phosphore.
Les Britanniques développèrent aussi des bombes incendiaires, des projectiles
incendiaires de tranchée et des obus incendiaires, faisant essentiellement usage
de phosphore blanc également fumigène. A noter que certains obus au
phosphore britanniques présentaient la même construction que les obus
toxiques correspondants.
Quant aux Français, ils utilisèrent surtout le phosphore en solution, accompagné
d'éléments brûlant plus longtemps comme des cylindres de celluloïd ou des
sachets incendiaires. Les projectiles étaient des obus et quelques bombes.
Les toxiques de combat représentèrent une innovation dans l'art de la guerre, non
par leur idée, mais par leur emploi.
Les conventions auxquelles les principaux belligérants avaient souscrit
interdisaient l'emploi de projectiles qui n'agissaient que par leur chargement
toxique. L'utilisation de bouteilles de chlore par les Allemands en 1915 n'était pas
expressément interdite par les traités. Il en allait de même pour le tir des
premiers obus chimiques allemands dont l'ogive était explosive tandis que la
partie cylindrique du corps renfermait un vase de plomb qui contenait un agent
toxique lacrymogène qui se serait décomposé au contact de l'acier : l'obus
produisait des éclats et était donc licite, le chargement chimique n'étant considéré
que comme un adjuvant.
Seuls les Allemands étaient alors en mesure de remplacer une partie de la
charge explosive par un récipient cylindrique renfermant un liquide : leurs obus de
15 cm étaient fermés par un culot vissé, de même que les projectiles
incendiaires de 17 cm pour Minenwerfer moyen. Au cours de l'année 1915, les
seuls projectiles chimiques qu'ils tirèrent furent des semi-explosifs
lacrymogènes.
A tout prendre, un agent lacrymogène était au moins aussi utile qu'un agent
mortel : en 1915-1916 il fallait beaucoup de toxique suffocant pour mettre un
homme hors de combat en le tuant ou en le blessant gravement, alors que les
lacrymogènes agissaient rapidement pour de faibles concentrations. Leurs cibles
privilégiées étaient les pièces d'artillerie, pour lesquelles l'absence d'un homme
provisoirement aveugle - ou gêné dans son service par le port d'un masque de
protection, - entraînait une forte chute du rendement de la bouche à feu. Un
règlement de l'arme chimique britannique est explicite à ce propos : « le but du tir
d'obus chimiques est avant tout d'obliger l'adversaire à mettre son masque à
gaz… ».
Il ne faut d'ailleurs pas négliger la haute toxicité des agents lacrymogènes de
l'époque : tous étaient toxiques, pouvant blesser gravement ou même tuer à de
hautes concentrations. Certains de ces agents présentaient un indice de toxicité
de l'ordre de celui de l'acide cyanhydrique. L'effet lacrymogène immédiat était
plutôt une sauvegarde pour le personnel exposé, qui était obligé de se protéger,
alors que le suffocant mortel qu'est le phosgène pouvait se respirer sans
réellement mettre en garde le futur intoxiqué, avec pour conséquence un œdème
pulmonaire toxique, souvent mortel.
De fait ce furent les Français qui tirèrent les premiers obus uniquement toxiques.
Ces obus avaient été réalisés au cours de l'année 1915, chargés en acide
cyanhydrique (obus N°4) et en phosgène (obus N°5). Devant la catastrophe qui
s'annonçait à Verdun le gouvernement autorisa l'emploi des obus N°5 qui furent
pour la première fois tirés à Fleury le 21 février 1916. Réputés trop toxiques, les
obus N°4 ne furent tirés que le premier juillet 1916, sur le front de la Somme.
En fait le phosgène des obus N°5 s'avérait bien plus efficace que l'acide
cyanhydrique des obus N°4, mortel à une concentration donnée mais sans effet
notable sous ce seuil d'action. En outre ce toxique devait être dilué dans du
fumigène car il était combustible et ses vapeurs étaient trop légères pour
descendre dans les tranchées et les abris. Les obus N°4 furent un ratage qui
perdura, brièvement copié par les Britanniques mais jamais envisagé par les
Allemands qui avaient sous les yeux l'inefficacité de la munition française.
En 1916, les Allemands se lancèrent à leur tour dans la production d'obus
suffocants.
La construction de leurs obus et projectiles pour Minenwerfer ne permettait pas
encore un chargement en phosgène dont la tension de vapeur était trop élevée
pour qu'il soit versé par l'œil trop large des obus. Il préférèrent le chloroformiate
d'éthyle trichloré, moins volatil, un peu moins toxique mais lacrymogène, et
surtout que l'on pouvait verser un peu comme de l'eau La fabrication de ce
« Perstoff » était en outre immédiatement possible en poursuivant simplement la
chloration d'un lacrymogène qu'ils élaboraient déjà, donc sans installation
nouvelle. La formulation de agent toxique pourrait être considérée comme deux
molécules de phosgène accolées, d'où son surnom anglo-saxon de diphosgène.
Les tout premiers obus allemands de 7,7 cm courts chargés en diphosgène
furent tirés en Mai 1916. Parfaitement inefficaces car utilisant un corps d'obus à
trop faible capacité, ils furent rapidement relayés par de nouveaux obus conçus
en 1915, à capacité accrue, dans les calibres de 7,7 cm, 10,5 cm et 15 cm.
Les Français gardèrent toutefois la supériorité technique dans la guerre chimique
jusqu'à ce que les Allemands inaugurent les obus à l'ypérite et les obus à
l'arsine, - à l'Eté 1917.


La bataille de Verdun a-t-elle été une source de pollution de l'environnement ? Si
oui, sous quelle forme, à quel degré et sur quelle durée ?
Et aujourd'hui ? Trouve-t-on trace dans le sol, en quantité dangereuse, de métaux
lourds ou de substances chimiques issus de l'activité militaire de 1914 – 1918 ?
En définitive, le champ de bataille de Verdun représente-t-il aujourd'hui une zone
réellement polluée, particulièrement dangereuse pour l'homme ?


Henry Belot. - Il est évident que la bataille de Verdun a été une source de pollution
– ou plutôt de modification - de l'environnement. Encore faut-il estimer ces
nuisances anciennes (pour reprendre le terme Altlasten de nos collègues
allemands) dans leur contexte à la fois historique et géographique. Avant tout, il
ne faut pas considérer ces nuisances comme un ensemble actuel et homogène,
mais bien comme la présence de millions de points de pollutions diverses en
qualité, en quantité (de la simple bille de plomb au tas de plusieurs tonnes
d'obus) et en évolutions variables au fil des siècles, dépendant pour une part de
conditions environnementales imprévisibles comme la nature chimique et
biologique du terreau d'un sous bois précis dans trois siècles.
Il n'incombe pas à un démineur, fonctionnaire de l'Etat, de chiffrer la pollution en
fonction de normes contemporaines, et il n'est pas formé pour cela. En
s'impliquant par ailleurs dans une bataille de chiffres plus ou moins fiables et
exploitables par des politiques ou des industriels, il contreviendrait à la règle
d'objectivité qui doit rester celle de tout service public. Il peut par contre attirer
l'attention du lecteur par des remarques sur des points particuliers pour lesquels
sa profession lui permet un point de vue non engagé.
Comme la plupart des activités humaines, la guerre modifie plus ou moins le
territoire sur lequel elle s'exerce. Lorsque cette modification génère des
nuisances pour le maintien des espèces, on la qualifie de pollution.
La bataille de Verdun a considérablement bouleversé les sites. Des villages ont
été détruits ou anéantis, les rares zones boisées ont été hachées par l'artillerie et
les tirs d'armes d'infanterie. Les deux camps ont déversé d'énormes quantités de
munitions, notamment des projectiles d'artillerie et de pièces de tranchée.
La majeure partie de ces engins a fonctionné, et leur chargement s'est
transformé en vapeurs plus ou moins toxiques qui retournèrent dans le circuit
naturel, de même que les vapeurs nitreuses, l'oxyde de carbone et autres
produits résultant de la combustion des poudres propulsives qui servirent à les
lancer.
Les matières solides restant sur le terrain consistent donc essentiellement en
métaux ferreux : fonte, fonte aciérée et acier constituant les corps des projectiles.
Beaucoup de plomb a également été déversé sur les champs de bataille,
essentiellement sous la forme de balles sphériques chassées par des obus à
balles que l'on surnommait les Shrapnell.
D'autres métaux – cuivre, laiton, bronze, zinc, aluminium,… sont également
présents, en quantités moindres toutefois car issus pour l'essentiel des
dispositifs de fonctionnement : fusées, détonateurs.
Un cas particulier est représenté par le mercure.
De formulation CNO – Hg – ONC, le fulminate de mercure fut l'explosif primaire le
plus couramment utilisé pour la confection des détonateurs de la Première
Guerre Mondiale. Dans un gramme de fulminate de mercure, on trouve donc
0,704 g de mercure.
Un détonateur français modèle 1899 du type équipant la quasi-totalité des fusées
pour obus explosifs ou chimiques était chargé à deux grammes de fulminate de
mercure.
La charge des détonateurs allemands initiant les obus explosifs variait avec le
type de fusée ; elle était en moyenne de l'ordre du gramme, fréquemment
constituée de fulminate de mercure, parfois aussi d'azoture de plomb.
A l'explosion du projectile, les composés mercuriques étaient vaporisés et
finissaient par retomber dans la nature.
Tous les projectiles parvenus dans la zone des combats n'ont pas fonctionné.
Certains n'ont tout simplement pas été tirés : stocks abandonnés, dépôts détruits
par faits de guerre, approvisionnements cachés, perdus ou oubliés. Une part
appréciable des projectiles tirés n'a pas éclaté, souvent par manque de
sensibilité de la fusée à l'impact sur un sol trop meuble.
A la fin des combats, des opérations dont l'envergure était bien évidemment en
rapport avec les faibles moyens de l'époque ont été brièvement menées en vue
de nettoyer les champs de bataille. D'importantes quantités de métaux ont été
ainsi récupérées pour être valorisées dans une France qui devait renforcer son
industrie métallurgique pour se reconstruire. On ramassa ainsi beaucoup de
laiton et de ferrailles.
Des stocks de projectiles furent plus ou moins correctement détruits par
pétardement, dispersant trop fréquemment des engins seulement endommagés
et qui n'en devinrent que plus dangereux.
Bien souvent de grandes quantités d'obus et de projectiles de tranchée furent
simplement enfouies ou immergées dans des mares ou des cratères remplis
d'eau. Ce fut à de nombreuses reprises le cas des projectiles chimiques,
probablement à l'issue d'expériences malheureuses. En effet la destruction en
masse d'engins chimiques à faible charge d'éclatement nécessite l'emploi de
beaucoup plus d'explosif que dans le cas des engins à chargement brisant, et le
chargement chimique est de toute façon libéré, avec les nuisances que l'on
pouvait attendre d'une dispersion rapide et concentrée. Aujourd'hui encore une
forte proportion des dépôts découverts enfouis ou immergés consiste en
projectiles chimiques.
Nous avons déjà dit que les chargements actifs des projectiles non-éclatés
restés sur le terrain peuvent être très variés et qu'il pouvait s'agir notamment
d'explosifs brisants, de toxiques de combat, d'agents fumigènes ou incendiaires,
de phosphore, solide ou en solution par du sulfure de carbone.
La mélinite (acide picrique, trinitrophénol) était le chargement classique des obus
et relais d'amorçage de l'artillerie française. Les Allemands l'avaient également
adoptée en 1888, mais remplacée depuis 1902 par le trinitrotoluène. L'acide
picrique en poudre comprimée constituait toutefois l'essentiel des relais de
détonation des obus explosifs et chimiques allemands.
Outre le trinitrotoluène et le trinitrophénol, d'autres explosifs furent utilisés sur le
champ de bataille, non seulement pour le chargement des projectiles les plus
divers, mais aussi comme explosifs de démolition, pour garnir par exemple les
fourneaux de mine que l'on faisait exploser sous les positions adverses. On
observera ainsi des explosifs nitrés, des explosifs à base de nitrate d'ammonium
et des explosifs perchloratés, ces deux dernières familles s'incorporant assez vite
au milieu ambiant en se décomposant lorsqu'elles ne sont plus protégées.
Avec le temps, les corps des projectiles se corrodent, l'acier bien plus rapidement
que la fonte, l'agression dépendant surtout du milieu qui les renferme. La
détérioration de l'enveloppe aboutit logiquement à soumettre plus ou moins
rapidement le chargement à l'action du milieu ambiant, et donc à sa dégradation,
avec production de nouvelles substances de dangerosités variables.
Il faut bien comprendre que le processus de dégradation est lent mais
inéluctable à échéance relativement longue, à moins que l'engin ne soit
auparavant découvert et éliminé par des spécialistes.
Dans l'état des techniques actuelles, seules les activités humaines permettent la
découverte d'un maximum d'engins de guerre. Il ne faut pas réellement compter
sur la détection électromagnétique, dont les possibilités sont trop limitées en
raison notamment de l'impossibilité de faire la différence entre une simple
ferraille et un engin chargé, de sa faible portée en profondeur, des perturbations
par l'environnement, et donc de son manque de fiabilité, pour ne pas parler de
son coût et de sa lenteur.
Une bonne détection préalable à la dépollution du champ de bataille exigerait un
terrain propre, exempt de perturbations, plat et dégagé de tout obstacle et de toute
végétation ligneuse, bref un champ de bataille qui aurait été déjà nettoyé.
Interdire pour cause de pollution toute activité professionnelle ou autre sur un
ancien champ de bataille supprimerait toute chance pour un engin de guerre
d'être jamais découvert et détruit, et lui permettrait donc de vieillir lentement, de se
dégrader et de se transformer au fil des siècles en un nouveau point de pollution
chimique.
Il importe par contre d'informer les visiteurs et professionnels sur les risques
présentés par les engins de guerre et de prohiber toutes les actions susceptibles
de provoquer un accident. Il s'agira d'ailleurs le plus souvent de rappel
d'interdictions déjà en vigueur, concernant par exemple la recherche et la collecte
des engins de guerre, le pillage des sites historiques, les feux en forêt, le
camping sauvage. Encore faudra-t-il se donner les moyens de faire respecter ces
interdictions.
Il conviendra en outre d'inviter les visiteurs permanents du champ de bataille à
faire preuve de civisme en signalant aux services spécialisés les engins de
guerre qu'ils auraient repérés.
La protection des visiteurs des sites historiques peut être assurée par la mise en
place de nombreux panneaux explicatifs et l'établissement d'itinéraires
recommandés. Chacun a le droit de trouver sa place dans l'histoire, et il n'y a pas
d'exemple qu'un touriste visitant les lieux où son arrière-grand-père s'est battu
pour son pays ait été victime d'un accident par munition de la Première Guerre
Mondiale sans qu'il y ait eu, de sa part ou d'une autre personne, un acte
dangereux, délibéré - et illégal.
Le fait que les forêts qui couvrent d'anciennes zones de combat sont
régulièrement parcourues par des personnels de l'office forestier et de la
fédération des chasseurs assure déjà un minimum de surveillance dont la
cessation laisserait le champ libre aux pillards et autres détracteurs de l'ordre et
de la sécurité publique. Dans le cas particulier de la chasse, il conviendrait
d'ailleurs de démontrer, analyses sérieuses et objectives à l'appui, que la
consommation des bêtes abattues assure un transfert de la pollution des sols
vers l'homme. N'oublions pas que c'est avant tout la chasse raisonnable qui
empêche la prolifération de prédateurs et protège l'agriculture.
Sans le concours des agents de l'Office National des Forêts, les quelques
dizaines de tonnes d'engins dangereux que les démineurs extraient chaque
année des zones de combat de Verdun resteraient en place et amplifieraient la
contamination des sols dans les siècles à venir.


Ces munitions, datant de presque un siècle, présentent-elles encore aujourd'hui
des risques réels ? Si oui, lesquels ?


Henry Belot. - Ces munitions, même datant de presque un siècle, présentent
encore aujourd'hui des risques réels mais le plus souvent différents de ceux du
temps de la bataille.
Considérons un obus allemand de 77 mm : il se compose du corps de l'obus, du
chargement qui lui est associé, et du dispositif destiné à faire fonctionner
l'ensemble : la fusée.
Le chargement d'un obus au calibre de 7,7 cm peut être très varié :
· balles en plomb ou balles incendiaires chassées par une charge de poudre
noire pour les obus Shrapnell de 7,7 cm modèles 1896 et Brds,
· explosif brisant (mélinite, trinitrotoluène,…) pour les obus explosifs de 7,7 cm
modèles 1896, 1914, 1915, 1915 allongé, 1916, modèle C à longue portée,
· fumigène sulfurique pour certains obus modèle 1916 modifiés en 1918,
· toxiques : lacrymogènes, suffocants, vésicants (ypérite), arsines, … chargés
dans des corps d'obus initialement prévus pour l'explosif.
De fait, la munition devient le plus souvent plus dangereuse à mesure de son
vieillissement. Certains engins qui étaient encore transportés sans problèmes
voici vingt ans doivent être impérativement détruits sur place par les démineurs.
On constate fréquemment que ce qui se dégrade le plus vite dans un engin de
guerre, ce sont avant tout les dispositifs de la fusée destinés à éviter les accidents
au tir et en cours de manipulation : les ressorts se fatiguent, les goupilles se
corrodent, les grains de poudre calant certains mécanismes sensibles se
désagrégent et tombent en poussière…
Les explosifs et détonateurs par contre restent toujours actifs, et même plus
sensibles.
A titre d'exemple, certains explosifs comme la mélinite française ou la GrF 88
allemande réagissent avec les métaux ferreux des corps d'obus pour produire des
sels sensibles au choc, au frottement, à la chaleur. On isolait donc le métal par
une très mince couche d'étain, qui s'est avariée avec le temps : des sels sensibles
se sont formés, notamment dans les secteurs filetés qui ne pouvaient être étamés
ou émaillés. Dévisser une fusée ou une gaine sans savoir si le frottement ne va
pas faire exploser l'obus est aujourd'hui un peu comme jouer à la roulette russe :
inutile et dangereux, et donc idiot.
Faire du feu en forêt sans savoir si l'on ne va pas chauffer un vieil obus enterré
jusqu'à ce qu'il explose est aussi faire preuve d'une belle inconscience. Pire
encore : on a vu des fous jeter un obus dans un feu : l'explosion peut se produire
tout de suite ou quelques heures plus tard.
La collectionnite ne concerne pas uniquement les timbres ou les coquillages. De
plus en plus de gens collectionnent les engins de guerre, le plus souvent en
parfaite violation de la législation. Ces matériels font fréquemment l'objet
d'échanges ou de ventes, parfois sans même avoir été neutralisés. La grande
majorité des accidents par engins de guerre touche des collectionneurs, lesquels
se figurent bien à tort tout savoir ou ne rien risquer avec d'aussi vieilles munitions.
Il arrive aussi qu'avec l'âge les corps d'obus, de grenades ou d'autres projectiles
perdent de leur étanchéité. Lorsque le chargement de la munition consiste en
toxique de combat, cet agent se vaporise plus ou moins vite et le gaz risque
d'intoxiquer la faune, la flore et les promeneurs. Si l'engin chimique est encore
dans le sol, il n'y a le plus souvent qu'une pollution locale, et avec le temps la
nature reviendra à la normale. Si la munition a été extraite par contre, la diffusion
du gaz est bien plus rapide, surtout par temps chaud. Et dans le cas de l'ypérite le
toxique qui s'évade est liquide et intoxique par simple contact.
Quand l'agent chimique qui s'évade de son contenant est constitué de phosphore,
en solution ou solide, il prend feu spontanément au contact de l'air, et la petite
charge qui était destinée à le disperser finit par exploser à son tour, projetant tout
le chargement dans un rayon de quelques dizaines de mètres avec des risques
graves d'incendie et surtout de contamination des personnels.
La présence des munitions ne doit toutefois pas interdire les activités
raisonnables. Il convient avant tout d'interdire et de sanctionner la collection et le
trafic d'engins de guerres, de même que le pillage des sites des champs de
bataille qui appartiennent à l'histoire de la France et de l'Allemagne. Il faut aussi
informer tous ceux qui œuvrent sur les anciennes zones de combat des risques
que présentent les engins de guerre en cas de manipulation intempestive. Le
Centre du Déminage de Metz prend en charge depuis plusieurs années les
actions de sensibilisation des personnels forestiers du département de la Meuse.
Le fait qu'un risque existe pour les imprudents ne doit pas faire obstacle au devoir
de mémoire, lequel se traduit aujourd'hui par une forme particulière de tourisme,
louable lorsqu'il forme l'esprit des nouvelles générations et s'exerce avec respect
et sans recherche du spectaculaire.
Nous n'avons pas d'exemple d'accident entièrement fortuit survenu à des
promeneurs des champs de bataille. Tous les accidents de personnes survenus
résultent de l'action délibérée d'une des victimes, et d'une faute impardonnable
dans la grande majorité des cas.

© Mémorial de Verdun

_________________
.
Se révolter contre la tyrannie, c'est obéir à Dieu.  (Thomas Jefferson)

Wearing of the Grey
Modérateur

Messages : 777
Date d'inscription : 09/01/2013
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum